Etude n°336

Droit à la déconnexion : figure de l’engagement 3.0 ?

Il est des sujets beaucoup moins consensuels qu’il n’y paraît en première lecture. Le droit à la déconnexion est assurément l’un d’entre eux.

Sur l’échelle des réactions qu’il peut provoquer, les « antis » y voient un archaïsme à contrecourant de l’émancipation permise par les technologies, les « pros » le brandissent au contraire comme l’ultime rempart indispensable à la préservation d’un minimum de temps pour soi.

Même dépassionné, le sujet reste complexe car il touche finalement à plusieurs de nos représentations : quelle forme de progrès souhaitons-nous et comment l’accompagner ? Quelle conception avons-nous de l’homme au travail ? De son lien à l’entreprise ? Des libertés individuelles ? Quelle conception avons-nous des différents temps et de leur perméabilité ? Que signifie préserver la santé au travail ?